Le mot de la semaine : tutoriel

C’est à nos cousins québécois, déjà inventeurs du mot « courriel« , que l’on doit ce néologisme construit à partir du mot anglais « tutorial« .

Le tutoriel, autrefois aussi nommé didacticiel, est un outil pédagogique qui permet à un utilisateur novice d’apprendre pas à pas à se servir d’un logiciel. Ce qui est visé avant tout est l’autonomie du l’utilisateur dans son apprentissage. Longtemps proposé sous forme de document écrite, les tutos sont désormais souvent accessibles en format vidéo. On en rencontre des centaines sur les sites d’hébergement de vidéos comme youtube.

C’est sous cette forme vidéo qu’ils vous sont d’ailleurs proposés dans la page formation de ce site.  Ils ont été réalisés grâce à l’application Video Snapshot. Mais il existe d’autres applications, parfois gratuites, aussi bien pour Pc, Mac ou Linux.

Pour en revenir au mot tutoriel, sachez que son pluriel est « tutoriels » et non « tutoriaux », et qu’en espagnol, on utilise le mot « cursillo« , mais qu’en bon voisin on utilise ‘tutorial » au Mexique, mais en le prononçant à l’espagnol. Le numérique, c’est aussi de la géopolitique!

Tutoriel : webclasseur

Le tutoriel du webclasseur s’étoffe peu à peu. Il vous est désormais possible d’accéder à  une présentation des différents espaces, à un tutoriel pour changer votre mot de passe ou à un autre pour déposer un document dans l’espace équipe d’une classe. C’est ce tutoriel qui vous est présenté ici. L’ensemble des autres vidéos est disponible dans la page formation, dans la partie consacrée au webclasseur.

You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by clicking here.

Pratiques citoyennes à Athènes en carte mentale

Compte-rendu de cette séance sur les principes et pratiques de la démocratie athénienne avec Freemind. Emmanuel, mon collègue de l’autre classe de seconde numérique, est d’accord pour tenter l’aventure, alors on fonce.

On commence par présenter et expliquer aux élèves 6 principes forts de la démocratie athénienne : égalité ou isonomie, souveraineté populaire, liberté de parole, reconnaissance des mérites et des compétences de certains citoyens, existence d’un droit écrit, annualité et collégialité des charges.

Etape 1 : les élèves sont mis en activité pour compléter à partir de la page d’un manuel l’organigramme des institutions athéniennes (document réalisé avec open office).

La correction permet oralement de montrer en quoi les principes de la démocratie auparavant présentés sont actifs. Etape bienvenue… car les élèves n’avaient manifestement pas tous bien compris ce qui se cachaient derrière ces principes.

Etape 2 : les élèves lisent des documents sources qui décrivent des pratiques démocratiques et identifient les principes qui sont ainsi respectés dans chaque texte. La correction se passe mieux, les élèves ont semble-t-il mieux compris.

Trace écrite finale : à partir d’une carte mentale établie sur freemind et qui comporte comme bulle centrale : Athènes et comme 6 premières branches les 6 principes, les élèves doivent associer à chaque principe plusieurs exemples de pratiques (1 bulle par exemple) et préciser pour chaque pratique la source de leurs informations. Les bulles des exemples ou des extraits de texte sont ensuite dotés d’un fond orange, les sources sont indiqués par un fond jaune. Résultat visible  ici en flash. L’activité se termine par l’exportation en format open office writer de cette carte mentale qui devient à la grande surprise des élèves un plan détaillé.

Avantage : les élèves ont bien différencié principes et exemples, ils ont été également sensibilisés à la notion de source (en distinguant documents sources et documents recomposés)

Bémol : nous n’avons pas réussi à imposer un ordre de classement aux 6 principes. La 1ère bulle créée correspondant à l’idée classée en 1 dans le plan détaillé.

J’aimerais continuer le travail à partir de ce « plan détaillé » pour passer à la rédaction d’un texte avec des liens logiques, mais le temps va manquer… L’expérience va se poursuivre… Pas tout d’un coup monsieur le professeur!

Le mot de la semaine : ENT

Un nouvel acronyme pour dire « Espace numérique de travail » ou « Environnement numérique de travail ». Derrière cette expression se cache en fait un portail de services, qui permettrait aux usagers -administration, parents, élèves, professeurs -  d’accéder par un seul identifiant à l’ensemble des plateformes existantes dans un établissement.

Cela fait rêver le professeur que je suis qui ne connaît pas l’ENT mais jongle avec son identifiant email professionnel (nom.prénom + mot de passe avec initiale en majuscule), son identifiant vie scolaire (initiale prénom+nom + mot de passe en minuscule), son identifiant webclasseur (prénom.nom + mot de passe en minuscule), son identifiant prof (initiale prénom+nom+ mot de passe nûment), son identifiant moodle, son identifiant 12temps, son identifiant Molière, son identifiant Gibi, etc…

Un grand merci à toutes ces plateformes pour entretenir nos neurones, à moins que cela ne soit un moyen de dégoûter encore plus tous ceux qui ont des réticences à utiliser les applications numériques.

Plus d’informations avec la synthèse wikipedia.

Le mot de la semaine : webclasseur

Encore un néologisme franglais…pour désigner une application en ligne qui à la fois accueille  le passeport orientation formation des élèves et permet aux équipes pédagogiques d’accompagner le travail sur l’orientation conduit dans l’établissement.

 Web…  parce qu’il met à disposition les liens vers les ressources de l’ONISEP et permet d’accéder aussi aux conseils des conseillers d’orientation de mon orientation en ligne (Monorientationenligne.fr).

 Classeur… parce qu’il permet aux élèves de stocker au fil des ans les documents récupérés sur le web ou produits par eux (rapports de stage, compte-rendu d’entretiens, etc..)… Les dossiers remplacent les intercalaires… sans garantie que les élèves les manient avec plus de dextérité que leurs ancêtres cartonnées.

Les plus : ce classeur dématérialisé suit les élèves au cours de la scolarité, il est consultable par les professeurs de l’élève, l’élève est responsable de la gestion de son espace individuel

Les bémols : encore un autre identifiant différent de celui de l’email professionnel, de vie scolaire… encore une autre messagerie autre que celle de l’email et de vie scolaire… une taille réduite pour télécharger les documents, une procédure de chargement pas très conviviale… bref la routine…. Vivement un ENT qui fusionne toutes ces applications!

ENT…. ENT….le mot de la semaine prochaine…

La présentation du web classeur sur le site eduscol est ici.

Geospace sur Mac: Un peu de Wine avec vos maths ?

Après plusieurs tentatives et différents logiciels, une de mes élèves a trouvé aujourd’hui comment faire tourner Geospace sur un Mac, ce qui devenait vraiment urgent vu que nous commençons en classe le chapitre « Géométrie dans l’espace » et vu le nombre de Macs dans ma classe de seconde numérique…

Webclasseur : se connecter

Un petit tutoriel pour se connecter au webclasseur. Identifiant et mot de passe sont à récupérer auprès de l’administrateur du webclasseur dans l’établissement

You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by clicking here.

Le mot de la semaine : embed

Une fois n’est pas coutume, un mot anglais est utilisé pour désigner un acte numérique. Embed donc, intégrer en français. Le problème est connu de tous les concepteurs de présentation de type powerpoint, de blogs ou de site personnel. Comment intégrer une video dans son site, surtout quand cette vidéo est hébergée par des sites comme youtube?

Une première solution consiste à aspirer la video puis à l’intégrer dans sa présentation : les problèmes commencent alors. Problème de format de la video, problème du lecteur intégrer dans le logiciel de présentation, problème de compatibilité des versions des logiciels utilisés pour la fabrication puis pour la lecture de la présentation.

L’amélioration des débits et le développement des réseaux sociaux permettent aujourd’hui non pas d’insérer une vidéo dans une présentation mais de l’intégrer à partir d’un lien récupérable sur le serveur qui héberge cette video. Sur youtube, on trouve ce mien en cliquant sur partager. Il ne reste plus qu’à reporter ce lien dans la présentation ou le blog. De plus en plus de logiciel propose d’ailleurs une icône « intégrer une vidéo ».

Avantage : la présentation de type powerpoint n’est pas alourdie en poids par une vidéo et on n’a pas à se soucier de l’envoi de cette vidéo en pièce jointe lors d’un envoi par mail par exemple de cette présentation.

Bémol : on devient dépendant de la connexion internet.

Convertir une vidéo ou un fichier audio

La multiplication des formats des fichiers sons et vidéos ainsi que la diversité  des logiciels de conversion video ou audio rendent parfois difficile dans la classe le travail sur ce type de fichier.

Avec l’augmentation des débits des fournisseurs d’accès à l’Internet, on peut recourir à des sites en ligne simples d’utilisation.

http://media.io/    Un site de conversion de fichiers sons en mp3, wav, ogg, wma

http://www.online-convert.com/    Des dizaines de format audio, son, document (doc, txt, pdf), image. Une fonction également de compression en format zip.

http://www.convertfiles.com/      Un site pratique pour les conversions des documents fabriqués par différentes versions des Office (microsoft, open, libre, etc…). Mais aussi archives, photos, audio, vidéos.

 

Classe numérique : un projet de développement durable ?

Jamais facile cette leçon introductive sur le développement durable pour les élèves de seconde qui n’ont pas bénéficié du nouveau programme de collège et du cours de 5ème sur cette notion. Alors pour passer de la théorie des 3 conditions du développement durable et faire prendre conscience qu’il s’agit d’un équilibre et d’une tension permanente entre 3 piliers, j’ai proposé aux élèves de réfléchir en quoi le projet de seconde numérique pouvait relever du développement durable en relevant leurs arguments dans un tableau à double entrée : les trois piliers d’une part en colonne, les arguments prouvant la dimension durable, mais aussi leurs limites en ligne. Par des flèches, lors de la mise en commun, nous avons montré les points de tensions ou d’équilibre… Un moment intéressant, notamment par les discussions entre élèves.

Le résultat en ligne ici.

 

Pour prolonger ce travail par un Devoir Maison, et pour travailler les compétences de réalisation d’une présentation type power point (aussi bien dans le fond que dans la forme), j’ai proposé aux élèves le travail suivant :

1. Choisir et présenter un projet de développement de leur choix (2 à 4 diapositives)
2. Montrer en quoi ce projet satisfait ou non les 3 piliers du développement durable (3 diapositives)
3. Insister sur les points de tension (1 à 3 diapositives)
4. Proposer une ou deux améliorations pour mieux assurer la dimension durable du projet (1 à 2 diapositives)
5. Proposer les schémas des 3 cercles du développement durable en l’adaptant au projet présenté. (1 diapositive)