Toilettage du site classesnumeriques.net

L’avantage des stages et des examens du baccalauréat décentralisé à 2.000 km de Mexico, c’est qu’ils obligent les rédacteurs de ce site à passer de longues heures côte à côte dans des avions, des aéroports, au bord d’une piscine, bref de longues heures donc qui ont entre autres abouti à une refonte de l’organisation de ce site. Voici les grandes lignes de ce toilettage de « verano« .

Le bouton d’accueil a disparu. Pour revenir à la première page, il suffit de cliquer sur le titre du site ou sur le bandeau bleu représentant un clavier.

PédagoTUIC rassemble les réflexions, documents, séquences, propositions sur la plus-value apportée par les TUICs dans la mise en oeuvre de compétences transversales.

Tutoriels proposent comme son nom l’indique des tutoriels des logiciels, plateformes, outils techniques utilisables en classe numérique

Séquences TUIC est un espace disciplinaire qui met à disposition des propositions de séquences intégrant les TUICs.

Projets TUIC est un espace de présentation de projets réalisés par des élèves du lycée franco-mexicain, et on l’espère bientôt du lycée français de Valencia.

T de TUIC revient sur les aspects techniques de la mise en oeuvre des TUICs du lexique aux logiciels en passant par le tableau numérique et l’organisation des salles de classe.

Formations propose des compte-rendu de formations reçues ou organisées par les contributeurs du site

Newsletter vous permet de retrouver les différents numéros de notre lettre d’informations « cl@sses numériques »

Qui sommes nous? enfin est la traditionnelle rubrique de présentation des auteurs de ce site.

Les catégories proposées dans le menu de droite permettent une navigation transversale parmi les articles publiées régulièrement.

Nous espérons que cette nouvelles organisation rendra la lecture de ce site plus fonctionnelle et agréable.

Atelier TUICs : rendre la recherche efficace

Autre atelier qui a occupé une petite équipe de collègue : mener une recherche internet efficace. Là encore, pas assez de temps pour faire le tour de la question, mais l’occasion cependant de préciser quelques grands axes à développer éventuellement dans les journées de pré-rentrée, en accompagnement personnalisé ou au sein des conseils d’enseignement.

La recherche, ça s’apprend. Les collègues sont conscients de l’importance d’apprendre aux élèves à faire des recherches, apprentissage qui doit être progressif, accompagné et évalué. Comme beaucoup de compétences transversales, on ne sait pas exactement qui fait quoi et quand, autrement dit, l’idée d’une progression annuelle et par cycle dans l’acquisition de cette compétence fondamentale doit être promue fortement. Le projet d’établissement peut même l’intégrer.

Le travail sur les sources. Le travail sur des sites internet doit impérativement impliquer un travail sur les sources, travail également progressif, construit autour de deux pôles : la fiabilité et la pertinence. A ce titre, un soin tout particulier doit être apporté à Wikipedia. On ne peut pas balayer d’un revers de clavier cette source souvent première utilisée par les élèves. Là encore, tout un travail est à construire pour expliciter le fonctionnement de ce site, en montrant le système utilisé pour valider les informations, l’historique, les polémiques, etc…

Utiliser un moteur de recherche est une compétence qui s’apprend. Vincent a déjà eu l’occasion de préciser des pistes dans un article. Reste que la maîtrise des opérateurs booléens, de la fonction de recherche avancée, des différentes versions nationales, de la recherche par mot clef est encore mal assurée par les élèves comme par les collègues. Là aussi, progression et explicitation sont indispensables.

Guider la recherche. Une recherche est d’autant plus efficace quand ses objectifs sont clairement définis. L’objectif est-il la sélection d’information, la confrontation d’information, la validation d’un site, le repérage de point de vue, la sélection de site, l’élaboration d’une sitographie? La recherche peut être guidée soit par un questionnaire soit par la présentation aux élèves d’une liste de sites dans lesquels rechercher des informations.

Construire ses propres portails. La présentation du fonctionnement de netvibes a particulièrement intéressé les collègues. Nul doute qu’il y a là une piste importante à explorer par équipe pédagogique, en TPE, en Accompagnement Personnalisé, au CDI ou à titre personnel. La construction d’un portail d’établissement peut aussi être un enjeu du projet d’établissement, portail qui sert ensuite de page d’accueil sur tous les ordinateurs du lycée.

Connaître les ressources. La mutualisation de la connaissance des sites de ressources documentaires doit être une priorité. Trop de temps est perdu à chercher des sites efficaces pour organiser le travail des élèves. Une simple recherche de type netvives + latin ou netvibes + ECJS permet de trouver des portails déjà élaborés par des collègues et offrant de remarquables sitographies et des veilles intéressantes.

Eduquer aux aspects juridiques de l’usage d’internet. Ce travail peut commencer par la lecture du guide juridique de l’internet scolaire.

Le schéma heuristique ci-dessous reprend les principaux axes évoqués dans l’atelier.

Ateliers TUICs : Mettre en place une veille numérique

Pendant cet atelier de1h30, nous avons travaillé sur ce qu’est la veille numérique, échangé sur les différents outils permettant de mettre en place cette veille et nous avons vu comment créer un portail de veille numérique (sur le site Netvibes).

La veille est définie comme « une activité continue et itérative visant à une surveillance active de l’environnement technologique, commercial, etc.. pour en anticiper les évolutions ». Dans notre cas, la veille numérique consiste donc à se tenir informé des évolutions des TUICs dans nos matières respectives et, plus largement, dans l’enseignement.

Les outils permettant d’organiser une veille numérique sont divers:

Les lettres de diffusion: Appelées aussi Newsletters, ce sont des courrier s envoyés par email qui font le point sur les publications d’un site, les discussions en cours sur un thème, les nouveautés logiciels concernant notre matière, etc… L’exemple le plus connu (de par le nombre très important d’enseignants qui la reçoivent) est la lettre de diffusion du Café Pédagogique (voir le site et la page d’inscription aux différentes newsletters du Café Pédagogique). L’inscription est très simple, il suffit de donner une adresse email et de choisir les différentes lettres auxquelles on veut s’inscrire. Le service est entièrement gratuit et plus de 130 000 personnes reçoivent ces lettres.
Un autre exemple est la liste des lettres de diffusion du site Eduscol, classées par matières, appelées « Tic’Edu ».
 

Les listes de discussion: La différence entre une liste de discussion et une lettre de diffusion est qu’une liste de discussion fonctionne par échange d’email entre toutes les personnes inscritent à ces listes. Une fois inscrit, on écrit un email dont le destinataire est l’adresse de la liste de discussion et tous les inscrits à cette liste recevront l’email que vous avez composé. Cela permet des discussions entre collègues d’une même matière, voire d’un même niveau. Par exemple, en mathématiques, il existe une liste appelée MathCollège et une autre appelée MathLyc dont les archives et la page d’inscription se trouvent ici.

L’utilisation d’une liste nécessite l’acceptation de leur charte d’utilisation, envoyée lors de l’inscription, et des règles de base de la Netiquette.
Dès qu’un collègue de notre matière découvre un outil extraordinaire dont l’utilisation dans une certaine matières peut aider à l’apprentissage d’une notion, il peut en faire partager tous les inscrits à la liste. S’engage alors une discussion qui permet d’apprendre beaucoup de choses, le tout sans trop d’efforts puisque l’on reçoit les emails directement. C’est comme cela que j’ai découvert beaucoup de logiciels que j’utilise régulièrement en classe, des sites importants ou des discussions sur les programmes et l’évolution de ma matière, les mathématiques. Aussi, il est possible d’échanger des fichiers entre participants par l’intermédiaire des archives du site ou directement par email entre inscrits.

Les portails de veille: Le plus connu est sans aucun doute Netvibes (qui a déjà fait l’objet d’un article sur ce site), et plutôt qu’un long discours, regardez un exemple de netvibes (en Histoire Géographie) ou un autre netvibes sur les TUICs.
Comme vous le voyez, un « portail de veille » est un site internet regroupant des onglets et des fenêtres contenant soit des liens vers des pages, soit des « flux RSS » (là encore, voir l’article concernant les flux RSS).
Ce type de site internet permet, en un coup d’oeil, de surveiller plusieurs sites, de voir des fils d’information continue (flux), etc…
Là, la veille est plus active qu’avec les deux outils précédents, l’enseignant doit aller sur les sites Netvibes qu’il surveille, ou alors sur son Netvibes. Car vous pouvez créer un site Netvibes, dans lequel vous placerez des onglets contenant des sites ou des flux vous intéressant. Dans ce cas, une visite sur votre Netvibes vous permettra de suivre l’actualité que vous avez décidé de suivre.
Je me permets de vous faire partager deux tutoriels d’apprentissage de Netvibes (tutoriel 1 et tutoriel 2) qui, pour l’instant, reste l’outil de veille active le plus efficace. Ces tutoriels ont été créés par une enseignante de l’IUFM d’Aix Marseille, et ces liens nous ont été donnés par le formateur lors du stage de juin 2012 à Quito.
 
Les sites de partage de favoris: Depuis un peu plus d’un an existe un service de partage de favoris très visuel et vraiment pratique, appelé Pearltrees (voir l’article de classesnumeriques.net consacré à ce site). Ce site internet permet à quiconque de partager ses favoris sur internet, c’est à dire les adresses de sites importants ou qui répondent à un thème particulier. Quelle est la différence avec Netvibes me direz-vous? Pearltrees est très visuel, et il permet surtout de créer une arborescence dans l’organisation des favoris.
Voyez ces exemples: Un Pearltrees en mathématiques,  ou celui-ci en histoire géographie.

Le « micro-blogging »: Outil de référence dans le micro-blogging, Twitter permet d’échanger des cours messages (maximum 140 caractères) avec ses abonnés. Une fois le compte créé, on peut recevoir les twits des personnes auxquelles on sera abonné, ou envoyer ses propres twits qui seront alors lu (ou pas) par les personnes qui se sont abonnées à votre compte. L’utilisation se veut la plus simple possible (et elle l’est) mais la quantité d’information peut parfois dérouter.

Veille sur mot-clé : Google propose un service intéressant, mais qui nécessite plus de travail que les méthodes précédentes, appelé « Google Alert« , où vous pouvez surveiller l’internet en fonction de certains mots-clé ou groupes de mots-clé, repérés par ce moteur de recherche, dès qu’ils apparaissent dans une publication. Là encore, la quantité d’informations peut surprendre, à moins d’avoir configuré correctement ses alertes et choisi ses mots-clé de façon pertinente.
L’utilisation est simple, on entre les mots-clé que l’on veut surveiller, puis son adresse email, et voilà ! Il ne restera plus qu’à trier les informations reçues sur votre boite email.

        Les différents outils présentés ci-dessus permettent l’organisation d’une veille numérique efficace, soit en recevant directement les informations, soit en allant les chercher dans des sites dédiés à ce type d’activité. Quelle que soit la méthode que vous utilisiez pour organiser votre veille, n’oubliez que classesnumeriques.net est aussi un outil très efficace concernant tout ce qui tourne autour du numérique en classe  !

Pour terminer, un site intéressant sur le concept de Veille, fait par l’Université de Paris Descartes et un lien vers le site Eduscol concernant « les outils pour la veille ».