Livre numérique

 

Après avoir testé les manuels numériques proposés par les éditeurs, il m’est apparu indispensable de trouver une autre solution pour les classes numériques. En effet, les manuels numériques souffrent de quelques défauts importants.

Tout d’abord, la majorité d’entre eux sont distribués sous forme de programmes, non pas comme un simple fichier mais comme un programme à part entière, à installer, puis à exécuter, ce qui provoque des problèmes de compatibilité entre ordinateurs (windows/mac/linux) car tous les éditeurs n’offrent pas des versions pour tous les systèmes d’exploitation existants.

Ensuite, l’exécution de ces programmes consomme beaucoup de ressources de l’ordinateur (mémoire ram, processeur), ce qui le ralentit. Certes les manuels numériques des éditeurs intègrent des possibilités intéressantes, des vidéos, des liens, des fichiers de géométrie dynamique, etc.. mais ces gains sont, d’après moi, largement perdus dans le temps nécessaire à l’ouverture du livre, de ces fichiers et le ralentissement de l’ordinateur.

C’est pourquoi j’ai décidé de tester, dès la première année, une version PDF du manuel numérique (cliquer ici pour plus d’informations sur le format PDF).

Mais avant de décrire le processus technique qui mène au livre en format PDF, il est important de souligner que les élèves ont dû (et doivent toujours) acheter le livre papier, pour pouvoir en avoir une copie numérique sur leur ordinateur.

Donc pour produire le livre numérique, je scanne page par page en couleur l’ensemble de l’ouvrage, en 200 Dpi (« Dots Per Inch », ou « Points Par Pouce » en français, c’est une unité de résolution d’un scanner, qui permet d’obtenir une image d’environ 1500 pixels par 2000 pixels si la page du livre mesure environ 20cm sur 25cm). Puis je colle les images dans un document texte de telle sorte que chaque image couvre exactement chaque page (éventuellement en modifiant les marges du document), et je produis un document texte par chapitre. Enfin le document est sauvegardé en PDF, et voilà ! Au total, si la résolution est respectée (200 Dpi), alors chaque chapitre d’une trentaine de pages en couleur pèsera entre 15 et 20 Mb, ce qui est une taille de fichier correcte pour ensuite l’ouvrir avec Acrobat Reader sans difficultés et rapidement.

Bien sûr, il faut y consacrer un certain temps (compter une dizaine d’heures pour un manuel transformé en PDF) mais au final le professeur peut projeter son manuel depuis n’importe quelle source, tablette, ordinateur portable, cle USB, etc.. sans aucun problème de compatibilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>