Actualités: Un Pearltree qui mérite le détour

logo_pearltreesTrouvé au hasard d’une visite sur Pearltree, dont nous vous parlions il y a quelques temps dans cet article, un ensemble de liens vers toutes sortes de Tutoriels en informatique, de l’utilisation des logiciels indispensables pour la classe à la fabrication de pages Web ou à la retouche photo. À explorer sans modération !!

Actualité: Les MOOCs

logo_moocsIl y a un tout petit plus d’un an, le site classesnumeriques.net vous présentait les MOOCs (Massive Open Online Courses), des « Cours Libres en Ligne », dans cet article.

L’actualité semble s’accélérer en France sur ces MOOCs (déjà très utilisés aux Etats-Unis notamment) avec des articles parus sur divers sites: Eduscol présente un panorama des MOOCs francophones, ainsi qu’un autre site, Intercoop. Le quotidien « Le Monde » en parle aussi, dans cet article d’octobre 2013. Pour ceux qui se posent encore la question « c’est quoi un MOOC », voir par exemple sur le site de l’Université de Lorraine un Cours en Ligne de Statistiques.

Enfin, les MOOCs font aussi leur rentrée sur le « Portail pour la formation ouverte et à distance » mis en ligne par la Région Bretagne, faisant lui aussi une liste de MOOCs classés chronologiquement par date de mise en service. On y trouvera notamment des MOOCs de l’Ecole Polytechnique et d’autres universités nationales ou européennes.

Actualité: B2i Lycée, nouveautés

En juillet 2013 ont été publiées de nouveaux contenus pour le B2i Lycée, applicables à la rentrée 2013. Ces modifications sont rappelées au B.O. sur cette page et le nouveau B2i est consultable sur le site Eduscol ici. Le lien précédent rassemble toutes les informations nécessaires sur les B2i Ecole, Collège et Lycée. À consulter sans modération !

 

Mot de la semaine: Expérithèque

Expérithèque est la « bibliothèque nationale des innovations et expérimentations pédagogiques » engagées dans les écoles et établissements d’enseignement scolaire.

Les informations concernent des innovations et expérimentations qui ont été réalisées dans les classes et qui peuvent être terminées ou toujours en cours.

Une entrée par académie est proposée. Il est également possible d’effectuer une recherche par un ou plusieurs mots-clés. Cette bibliothèque est enrichie au fil du temps de nouvelles actions menées dans les écoles et établissements.

Un lien intéressant: Le « Top 100 des innovations pédagogiques« , rassemblées sous forme d’un cahier téléchargeable en PDF (septembre 2012).

Formation: « Le cours d’espagnol à l’ère de l’école numérique »

Cette formation, demandée par les professeurs d’espagnol du Lycée Franco Mexicain, a permis de couvrir différents aspects de l’utilisation des TUICs dans un cours de langue vivante.

Les thèmes abordés furent très divers: Les sites institutionnels de ressources en langues vivantes, les sites non-institutionnels, l’utilisation de l’ordinateur par le professeur (en video projection notamment), par les élèves (production de documents écrits, audio  vidéo), les logiciels indispensables dans l’ordinateur du prof ou de l’élèves (et les tutoriels associés), l’utilisation du tableau numérique et la veille numérique en langues vivantes.

Le contenu du stage (liens, tutoriels, etc..) est accessible sur cette page: http://www.classesnumeriques.net/formation-continue/tuic/formation-le-cours-despagnol-a-lere-de-lecole-numerique-mexico-octobre-2012/ .

Formation animée par V. Guimer le jeudi 4 octobre 2012, de 14h30 à 17h30 au Lycée Franco Mexicain.

Le mot de la semaine: M.O.O.C.

Encore un acronyme, cette fois en anglais, pour « Massive Open Online Course ». Le mot de cette semaine fait écho à l’article publié précédemment sur la « révolution technologique à l’université » (lemonde.fr) et est relié à une étude publiée sur le site Eduscol Numérique.

Un MOOC, comme son nom l’indique, est un cours mis en ligne, sur internet, et destiné à un large public. Ce type de cours, généralement de niveau universitaire, a commencé à se développer il y a quelques années (l’acronyme date de 2008). Certains de ces cours rassemblent parfois des milliers de participants, qui, par leurs échanges, participent à l’amélioration du cours et des ressources associées.

L’article de Wikipedia (très complet) sur les MOOCs, en anglais.

Un MOOC francophone, l’ITyPA (acronyme de « Internet, Tout y est Pour Apprendre).

Un mode d’emploi pour construire son « MOOC » sur internet.

Academic Room, un site en anglais contenant des centaines de cours en ligne des plus grandes universités américaines.

Une analyse du site Forbes.com en anglais sur les MOOCs.

Révolution technologique à l’université

Un article très intéressant sur l’avenir des cours magistraux à l’université (www.lemonde.fr):

Lire l’article

Extrait: « On constate depuis peu les prémices d’un séisme à fort potentiel dévastateur. En octobre 2011, deux professeurs de l’université Stanford (Californie), Sebastian Thrun et Peter Norvig, ont ouvert leur cours d’introduction à l’intelligence artificielle à des étudiants du monde entier. Quelque 160 000 élèves se sont inscrits…Des étudiants afghans ont affronté les conditions d’un pays en guerre pour envoyer leurs devoirs depuis des cafés Internet. »…

Le mot de la semaine: Netiquette

Le mot « Netiquette » vient de la combinaison de « Net » et « Étiquette » (certains y voient aussi le mot « éthique »). Il s’agit de la liste des règles de politesse nécessaires à l’utilisation correcte des moyens de communication modernes, l’Internet, les emails, les forums et, plus récemment, les réseaux sociaux.

Née au milieu des années 90, rédigée par un cadre de la compagnie Intel, la netiquette a été traduite en français en 1995 et vous pouvez lire sur cette page la version de juin 1996 traduite par des enseignants de l’université de Jussieu, à Paris.

Pour faire très court, on peut résumer la Netiquette par la phrase suivante: « Ce que vous ne feriez pas ou ne diriez pas en présence de votre interlocuteur ne doit pas s’écrire sous le prétexte que c’est par internet ».

La Netiquette va plus loin que la simple politesse nécessaire aux échanges entre deux personnes. Elle concerne aussi, par exemple, les pièces jointes à un email : utiliser des formats lisibles par tous les ordinateurs, comme le Pdf ou l’Html; veiller au poids de ces pièces jointes, pour ne pas saturer la boite de réception du destinataire; ne pas oublier la signature et le sujet de l’email; choisir correctement si les destinataires sont à mettre en Cc (Copie carbone, c’est à dire Copie à l’identique) ou BCc (« Blind » Copie, Copie Aveugle:  les destinataires ne verront que leur nom dans la liste), et beaucoup d’autres conseils.

Ateliers TUICs : Mettre en place une veille numérique

Pendant cet atelier de1h30, nous avons travaillé sur ce qu’est la veille numérique, échangé sur les différents outils permettant de mettre en place cette veille et nous avons vu comment créer un portail de veille numérique (sur le site Netvibes).

La veille est définie comme « une activité continue et itérative visant à une surveillance active de l’environnement technologique, commercial, etc.. pour en anticiper les évolutions ». Dans notre cas, la veille numérique consiste donc à se tenir informé des évolutions des TUICs dans nos matières respectives et, plus largement, dans l’enseignement.

Les outils permettant d’organiser une veille numérique sont divers:

Les lettres de diffusion: Appelées aussi Newsletters, ce sont des courrier s envoyés par email qui font le point sur les publications d’un site, les discussions en cours sur un thème, les nouveautés logiciels concernant notre matière, etc… L’exemple le plus connu (de par le nombre très important d’enseignants qui la reçoivent) est la lettre de diffusion du Café Pédagogique (voir le site et la page d’inscription aux différentes newsletters du Café Pédagogique). L’inscription est très simple, il suffit de donner une adresse email et de choisir les différentes lettres auxquelles on veut s’inscrire. Le service est entièrement gratuit et plus de 130 000 personnes reçoivent ces lettres.
Un autre exemple est la liste des lettres de diffusion du site Eduscol, classées par matières, appelées « Tic’Edu ».
 

Les listes de discussion: La différence entre une liste de discussion et une lettre de diffusion est qu’une liste de discussion fonctionne par échange d’email entre toutes les personnes inscritent à ces listes. Une fois inscrit, on écrit un email dont le destinataire est l’adresse de la liste de discussion et tous les inscrits à cette liste recevront l’email que vous avez composé. Cela permet des discussions entre collègues d’une même matière, voire d’un même niveau. Par exemple, en mathématiques, il existe une liste appelée MathCollège et une autre appelée MathLyc dont les archives et la page d’inscription se trouvent ici.

L’utilisation d’une liste nécessite l’acceptation de leur charte d’utilisation, envoyée lors de l’inscription, et des règles de base de la Netiquette.
Dès qu’un collègue de notre matière découvre un outil extraordinaire dont l’utilisation dans une certaine matières peut aider à l’apprentissage d’une notion, il peut en faire partager tous les inscrits à la liste. S’engage alors une discussion qui permet d’apprendre beaucoup de choses, le tout sans trop d’efforts puisque l’on reçoit les emails directement. C’est comme cela que j’ai découvert beaucoup de logiciels que j’utilise régulièrement en classe, des sites importants ou des discussions sur les programmes et l’évolution de ma matière, les mathématiques. Aussi, il est possible d’échanger des fichiers entre participants par l’intermédiaire des archives du site ou directement par email entre inscrits.

Les portails de veille: Le plus connu est sans aucun doute Netvibes (qui a déjà fait l’objet d’un article sur ce site), et plutôt qu’un long discours, regardez un exemple de netvibes (en Histoire Géographie) ou un autre netvibes sur les TUICs.
Comme vous le voyez, un « portail de veille » est un site internet regroupant des onglets et des fenêtres contenant soit des liens vers des pages, soit des « flux RSS » (là encore, voir l’article concernant les flux RSS).
Ce type de site internet permet, en un coup d’oeil, de surveiller plusieurs sites, de voir des fils d’information continue (flux), etc…
Là, la veille est plus active qu’avec les deux outils précédents, l’enseignant doit aller sur les sites Netvibes qu’il surveille, ou alors sur son Netvibes. Car vous pouvez créer un site Netvibes, dans lequel vous placerez des onglets contenant des sites ou des flux vous intéressant. Dans ce cas, une visite sur votre Netvibes vous permettra de suivre l’actualité que vous avez décidé de suivre.
Je me permets de vous faire partager deux tutoriels d’apprentissage de Netvibes (tutoriel 1 et tutoriel 2) qui, pour l’instant, reste l’outil de veille active le plus efficace. Ces tutoriels ont été créés par une enseignante de l’IUFM d’Aix Marseille, et ces liens nous ont été donnés par le formateur lors du stage de juin 2012 à Quito.
 
Les sites de partage de favoris: Depuis un peu plus d’un an existe un service de partage de favoris très visuel et vraiment pratique, appelé Pearltrees (voir l’article de classesnumeriques.net consacré à ce site). Ce site internet permet à quiconque de partager ses favoris sur internet, c’est à dire les adresses de sites importants ou qui répondent à un thème particulier. Quelle est la différence avec Netvibes me direz-vous? Pearltrees est très visuel, et il permet surtout de créer une arborescence dans l’organisation des favoris.
Voyez ces exemples: Un Pearltrees en mathématiques,  ou celui-ci en histoire géographie.

Le « micro-blogging »: Outil de référence dans le micro-blogging, Twitter permet d’échanger des cours messages (maximum 140 caractères) avec ses abonnés. Une fois le compte créé, on peut recevoir les twits des personnes auxquelles on sera abonné, ou envoyer ses propres twits qui seront alors lu (ou pas) par les personnes qui se sont abonnées à votre compte. L’utilisation se veut la plus simple possible (et elle l’est) mais la quantité d’information peut parfois dérouter.

Veille sur mot-clé : Google propose un service intéressant, mais qui nécessite plus de travail que les méthodes précédentes, appelé « Google Alert« , où vous pouvez surveiller l’internet en fonction de certains mots-clé ou groupes de mots-clé, repérés par ce moteur de recherche, dès qu’ils apparaissent dans une publication. Là encore, la quantité d’informations peut surprendre, à moins d’avoir configuré correctement ses alertes et choisi ses mots-clé de façon pertinente.
L’utilisation est simple, on entre les mots-clé que l’on veut surveiller, puis son adresse email, et voilà ! Il ne restera plus qu’à trier les informations reçues sur votre boite email.

        Les différents outils présentés ci-dessus permettent l’organisation d’une veille numérique efficace, soit en recevant directement les informations, soit en allant les chercher dans des sites dédiés à ce type d’activité. Quelle que soit la méthode que vous utilisiez pour organiser votre veille, n’oubliez que classesnumeriques.net est aussi un outil très efficace concernant tout ce qui tourne autour du numérique en classe  !

Pour terminer, un site intéressant sur le concept de Veille, fait par l’Université de Paris Descartes et un lien vers le site Eduscol concernant « les outils pour la veille ».

Arrêt sur site: Eduscol – Maths

Eduscol, le site du Ministère de l’Éducation Nationale dirigé aux professionnels de l’éducation, contient des sites disciplinaires qu’il est recommandé de visiter régulièrement. On y trouve les programmes officiels par matières, les documents d’accompagnement, et quantité d’informations relatives à chaque discipline. Une vraie mine à explorer sans retenue !

Ce mois-ci, regardons de plus près le site disciplinaire Mathématiques d’Eduscol. On y trouve un moteur de recherche concernant les activités TUIC en mathématiques (ainsi qu’une base de donnée d’activités proposées par les académies), la lettre TicEdu Mathématiques, un article sur la dernière version de Geogebra, sur l’utilisation du TBI en cours de mathématiques ou encore l’utilisation d’un ENT (Environnement Numérique de Travail) en mathématiques (ci-dessous)