Actualités: Un Pearltree qui mérite le détour

logo_pearltreesTrouvé au hasard d’une visite sur Pearltree, dont nous vous parlions il y a quelques temps dans cet article, un ensemble de liens vers toutes sortes de Tutoriels en informatique, de l’utilisation des logiciels indispensables pour la classe à la fabrication de pages Web ou à la retouche photo. À explorer sans modération !!

Actualité: Le Sénat et les logiciels libres.

Dans un article paru sur le site de l’APRIL (l’Association pour la Promotion et la Recherche en Informatique Libre), on peut y lire que le Sénat propose une modification de l’article 6 du projet de loi relatif à l’enseignement supérieur et à la recherche.

L’article, qui commence ainsi: « Le service public de l’enseignement supérieur met à disposition de ses usagers des services et des ressources pédagogiques numériques » , est complété par « Les logiciels libres de droit sont utilisés en priorité« .

La totalité de l’article est visible ici.

C’est une bonne nouvelle de la part du Sénat concernant un domaine où, depuis des années, les multinationales de l’informatique ont essayé d’imposer leurs produits, leurs logiciels et notamment leurs « suites bureautiques » (grâce à des techniques commerciales astucieuses…) là où des alternatives libres et gratuites existent et sont tout aussi, sinon plus, efficaces. Classesnumeriques.net a toujours essayé de promouvoir l’utilisation des logiciels libres et/ou gratuits, comme on peut le voir sur la page concernée.

À suivre…

Actualité: GeoGebra maintenant disponible pour tablet Android

Les créateurs de GeoGebra ont travaillé tout l’été !! Le programme de géométrie dynamique, déjà disponible pour Linux, Windows, Mac, Chrome (le navigateur internet de Google) et utilisable en ligne sans téléchargement, existe maintenant en version Android (pour Tablet ou Smartphone)

Le lien de téléchargement est ici.

Comme tout programme nouveau, quelques problèmes peuvent se présenter et des améliorations seront faites au fur et à mesure. Il est donc recommandé de mettre régulièrement à jour le logiciel.

Mot de la semaine: TeamViewer

logo_teamviewerTeamViewer est un programme permettant le contrôle à distance d’un ou de plusieurs ordinateurs. Le principe est simple: Une fois exécuté, le programme fait apparaître une fenêtre sur un ordinateur A, cette fenêtre permettant de voir le « bureau » de l’ordinateur B. Ainsi, avec la souris de l’ordinateur A, on peut agir sur le bureau de l’ordinateur B comme si on était devant l’ordinateur B.

On peut remplacer l’ordinateur A par une tablette ou un Smartphone, et là  on imagine tout de suite les applications pédagogiques, par exemple la prise de contrôle de l’ordinateur de la classe (celui qui est connecté au vidéo-projecteur) par le professeur qui peut ainsi se déplacer dans la classe avec sa tablette et faire ses manipulations, ou prêter sa tablette à un élève qui manipule ainsi l’ordinateur sans se déplacer. Aussi, une autre possibilité est de laisser son ordinateur personnel allumé et connecté à internet chez soi, et depuis n’importe quel autre ordinateur sur lequel serait installé TeamViewer, prendre le contrôle de l’ordinateur personnel.

Bref, les possibilités sont nombreuses. Il existe bien sûr une version payante du logiciel mais la version gratuite du logiciel fonctionne parfaitement bien et est suffisante pour un usage personnel ou en classe.

Le mieux est de tester ce logiciel, nous l’avons testé ici à classesnumeriques.net pour prendre le contrôle d’un PC depuis une tablette sous Android, d’un PC depuis un smartphone aussi sous Android, d’un PC depuis un Mac et d’un Mac depuis un PC et tout fonctionne. Il y a un certain temps de latence (0.5 à une seconde), inévitable vu le fonctionnement du logiciel.

Formation: « Le cours d’espagnol à l’ère de l’école numérique »

Cette formation, demandée par les professeurs d’espagnol du Lycée Franco Mexicain, a permis de couvrir différents aspects de l’utilisation des TUICs dans un cours de langue vivante.

Les thèmes abordés furent très divers: Les sites institutionnels de ressources en langues vivantes, les sites non-institutionnels, l’utilisation de l’ordinateur par le professeur (en video projection notamment), par les élèves (production de documents écrits, audio  vidéo), les logiciels indispensables dans l’ordinateur du prof ou de l’élèves (et les tutoriels associés), l’utilisation du tableau numérique et la veille numérique en langues vivantes.

Le contenu du stage (liens, tutoriels, etc..) est accessible sur cette page: http://www.classesnumeriques.net/formation-continue/tuic/formation-le-cours-despagnol-a-lere-de-lecole-numerique-mexico-octobre-2012/ .

Formation animée par V. Guimer le jeudi 4 octobre 2012, de 14h30 à 17h30 au Lycée Franco Mexicain.

Le mot de la semaine: Informatique dans les Nuages

Et non, rien à voir avec Casimir ou ses cousins en train de taper sur un ordinateur assis sur un nuage (pour ceux nés avant 1985…), le « Cloud Computing » est quelque chose de très sérieux sur lequel nous nous arrêterons cette semaine.

Le principe est relativement simple: Délocaliser sur des serveurs accessibles par internet le contenu de votre disque dur ! Et par contenu, on entend: Fichiers (textes, tableurs, musique, vidéos, photos, etc…) et aussi Programmes (Traitements de textes, Tableurs, Retouche d’images, Gestion de Calendrier, Suites bureautiques en tous genres, etc…).

Ces ressources sont ensuite accessibles avec n’importe quel ordinateur, qui n’a donc plus besoin d’avoir dans son disque dur tous ces fichiers, quelques Giga-octets de moins à transporter (en même temps, c’est pas si lourd un Giga-octet, même si c’est un million de fois plus lourd qu’un Kilo-octet…). On voit tout de suite les gains obtenus: poids et rapidité de la machine, et accessibilité 24/24h n’importe où sur cette planète à ces documents. Ces serveurs deviennent ainsi les fameux « nuages ». Ce concept est tout à fait adapté aux nouveaux outils du XXIe siècle: les tablettes, les netbooks et les smartphones.

Bien sûr, cela suppose beaucoup de contraintes techniques: Un appareil (ordinateur, tablette ou tout autre appareil) constamment connecté à internet, des serveurs accessibles 24h/24 par internet, qui ne prennent pas de pause, qui ne nécessitent pas de maintenance « lourde », des méthodes de cryptographie (codage sécurisé) infaillibles, beaucoup d’espace de stockage sur ces serveurs, beaucoup d’électricité et une confiance aveugle dans l’entreprise qui gère vos documents et vos souvenirs numériques.

Même si cela a un coup pour l’utilisateur (lien en anglais), le fait de concentrer les ressources sur des serveurs et ainsi d’optimiser leur utilisation et les efforts de maintenance permettent à chacun d’y gagner, enfin, surtout aux gros consommateurs que sont les entreprises et les gouvernements. Par exemple, le gouvernement américain prévoit d’économiser plusieurs dizaines de milliards de dollars sur son budget annuel de 120 milliards en informatique grâce aux économies de maintenance, d’achat de licence de programmes, de matériel, etc….

Pour les particuliers, il n’est pas sûr que payer un loyer mensuel (qui peut être de 30 ou 40 dollars par mois) pour un serveur externalisé, soit meilleur marché que d’avoir son disque dur externe à côté de l’écran et une clé USB pour transporter ses documents.

Les entreprises pionnières sur le marché des services en « Cloud Computing » sont Amazon (avec son Elastic Compute Cloud), Google (avec Google Aps), Microsoft (avec Azure et Office 365) et Apple (avec, vous l’aurez deviné, iCloud).

Un document intéressant sur le « Pour ou Contre le Cloud Computing » sous forme d’une carte mentale.

Arrêt sur site: Eduscol – Maths

Eduscol, le site du Ministère de l’Éducation Nationale dirigé aux professionnels de l’éducation, contient des sites disciplinaires qu’il est recommandé de visiter régulièrement. On y trouve les programmes officiels par matières, les documents d’accompagnement, et quantité d’informations relatives à chaque discipline. Une vraie mine à explorer sans retenue !

Ce mois-ci, regardons de plus près le site disciplinaire Mathématiques d’Eduscol. On y trouve un moteur de recherche concernant les activités TUIC en mathématiques (ainsi qu’une base de donnée d’activités proposées par les académies), la lettre TicEdu Mathématiques, un article sur la dernière version de Geogebra, sur l’utilisation du TBI en cours de mathématiques ou encore l’utilisation d’un ENT (Environnement Numérique de Travail) en mathématiques (ci-dessous)

Algorithmique et Géométrie Analytique

La géométrie analytique, que l’on commence à utiliser sérieusement en Seconde, permet une utilisation intéressante de l’algorithmique, notamment des formules de racine, de puissance, et des tests. Cela permet un réinvestissement de l’algorithmique déjà abordée au début de l’année dans l’introduction des fonctions.

En effet, il est facile de demander aux élèves de produire un algorithme calculant une valeur approchée de la longueur d’un segment ou des coordonnées de son milieu, connaissant les coordonnées des extrémités du segment. [+]

Arrêt sur site : Framasoft

« La route est longue, mais la voie est libre ». « Issu du monde éducatif, Framasoft est un réseau de sites web collaboratifs à géométrie variable dont le dénominateur commun est le logiciel libre. Il vise à diffuser le logiciel libre et à le faire connaître auprès du plus large public » (source: page d’accueil du site Framasoft).

Framasoft est aujourd’hui l’une des principales ressources  francophones concernant le logiciel libre (voir le Mot de la semaine sur ce sujet). Ce site permet de trouver d’innombrables informations pour ceux qui souhaitent remplacer leurs logiciels propriétaires par des logiciels libres. Aussi, on y trouve un grand nombre d’informations sur le système d’exploitation Linux, le concurrent  libre de Windows de Microsoft. Le site a été créé fin 2001.

Au fil des pages de ce site, on y trouve un annuaire contenant des centaines de logiciels libres de tous types, ainsi que des dizaines de tutoriels concernant certains de ces logiciels (disponibles en téléchargement).

Le mot de la semaine: Logiciel Libre

Les logiciels dits « libres », à ne pas confondre avec « gratuits », sont des programmes conçus par des individuels ou des groupes de personnes qui autorisent ensuite toute modification du « code source » du programme et le partage du logiciel. En anglais, on les appelle « Open Source Software ».

Les autres programmes sont généralement appelés « logiciels propriétaires », fabriqués par des entreprises qui les commercialisent ou les offrent en téléchargement gratuit mais dont ils restent les seuls possesseurs du code source. Par exemple, Windows, de Microsoft, est un logiciel propriétaire, car même si vous achetez une version de ce système d’exploitation avec votre ordinateur, vous n’avez pas le droit de modifier le programme, de l’installer sur un autre ordinateur ou de le partager avec une autre personne (cela serait du piratage).

Par opposition, Linux, de plus en plus connu (c’est celui avec le pingouin), est un système d’exploitation libre, tout à chacun peut modifier le code source et créer sa propre version de Linux. Quand vous téléchargez un logiciel libre et que vous le donnez à une autre personne, ce n’est pas du piratage, c’est appelé du partage.

Les conditions d’utilisation des logiciels libres sont définies par la General Public Licence, du groupe appelé GNU (voir Le Projet GNU).

Un logiciel est « libre » si il vérifie ces quatre règles:

  • Vous avez la liberté de l’exécuter comme vous le voulez.
  • Vous avez la liberté de modifier le programme afin qu’il corresponde mieux à vos besoins (dans la pratique, pouvoir accéder au code source).
  • Vous disposez de la liberté d’en redistribuer des copies.
  • Vous avez la liberté de distribuer des versions modifiées du programme, afin que la communauté puisse bénéficier de vos améliorations.

II est donc clair que les logiciels libres sont au coeur du projet de classe numérique, ils permettent une distribution des programmes nécessaires à l’ensemble des élèves, qui n’ont que l’investissement financier de l’ordinateur à réaliser. Une liste importante des logiciels libres disponibles en français (ou en anglais) se trouve ici. Voir aussi la liste des logiciels utilisés en classe numérique au LFM.

Quelques liens:

La Free Software Foudation Europe, une association a but non-lucratif dédiée à la promotion des logiciels libres.

L’association April, qui a pour but de promouvoir et défendre le logiciel libre.

Le site Framasoft, indispensable pour tout comprendre sur le libre et qui possède une base de données de centaines de logiciels libres.

LibreOffice, indispensable.

Le logiciel libre en éducation