Mot de la semaine : QRcode

Cela fait un petit moment que j’ai remarqué sur des affiches et autre flyers ce petit carré qui me rappelait mes observations microscopiques de lycéen au coeur des cellules. Rien donc à voir bien sûr avec des mitochondries puisqu’il s’agit d’un QR code, acronyme de Quick Response Code. Le QR code est un code libre né au Japon en 1999. Son usage s’intensifie au fur et à mesure de l’usage des smartphones. L’idée est simple : comment relier l’univers physique à l’univers numérique, comment transmettre des informations sur papier à la mémoire de son téléphone. Imaginons des cas concrets : un plan de quartier, une affiche annonçant un spectacle, des horaires d’ouverture de bibliothèque, la liste des documents à fournir pour une inscription. On peut bien sûr recopier à la main cette liste, ou faire une photographie de ce document avec la caméra de son téléphone portable, ou bien alors grâce toujours à la caméra de son smartphone « scanner » ce petit carré à la manière d’un code barre d’un produit de supermarché. A la différence que ce petit carré contient bien plus d’informations qu’un prix. Par exemple, un lien internet qui peut vous amener vers un site, une vidéo, des contenus interactif. Le QR code qui sert d’ailleurs d’illustration à ce mot de la semaine a été créé en un coup de clavier et renvoie au site classesnumeriques.net. Pour en savoir plus sur le QRcode, je vous renvoie sur le site qrcode.fr qui propose tutoriel video, application pour fabriquer un QRcode, liste de téléphones portables compatibles, une mine.

Toilettage du site classesnumeriques.net

L’avantage des stages et des examens du baccalauréat décentralisé à 2.000 km de Mexico, c’est qu’ils obligent les rédacteurs de ce site à passer de longues heures côte à côte dans des avions, des aéroports, au bord d’une piscine, bref de longues heures donc qui ont entre autres abouti à une refonte de l’organisation de ce site. Voici les grandes lignes de ce toilettage de « verano« .

Le bouton d’accueil a disparu. Pour revenir à la première page, il suffit de cliquer sur le titre du site ou sur le bandeau bleu représentant un clavier.

PédagoTUIC rassemble les réflexions, documents, séquences, propositions sur la plus-value apportée par les TUICs dans la mise en oeuvre de compétences transversales.

Tutoriels proposent comme son nom l’indique des tutoriels des logiciels, plateformes, outils techniques utilisables en classe numérique

Séquences TUIC est un espace disciplinaire qui met à disposition des propositions de séquences intégrant les TUICs.

Projets TUIC est un espace de présentation de projets réalisés par des élèves du lycée franco-mexicain, et on l’espère bientôt du lycée français de Valencia.

T de TUIC revient sur les aspects techniques de la mise en oeuvre des TUICs du lexique aux logiciels en passant par le tableau numérique et l’organisation des salles de classe.

Formations propose des compte-rendu de formations reçues ou organisées par les contributeurs du site

Newsletter vous permet de retrouver les différents numéros de notre lettre d’informations « cl@sses numériques »

Qui sommes nous? enfin est la traditionnelle rubrique de présentation des auteurs de ce site.

Les catégories proposées dans le menu de droite permettent une navigation transversale parmi les articles publiées régulièrement.

Nous espérons que cette nouvelles organisation rendra la lecture de ce site plus fonctionnelle et agréable.

Ateliers TUICs : écrit et TUICs

Même principe que les ateliers précédents. Une table ronde, un animateur, des collègues venus avec des questions, des enthousiasmes et des doutes échanger sur le thème des TUICs et de l’écrit. Les élèves écrivent-ils plus ou moins à cause ou grâce aux TUICs? Comment concilier l’introduction des ordinateurs dans les cours avec le fait que les évaluation finales du baccalauréat ont toutes lieu par écrit à la main? Quelle plus-value au final peuvent apporter les TUICs dans les pratiques d’écriture? Le temps dont nous avons disposé était bien entendu trop court pour apporter des réponses fermes à ces interrogations. Néanmoins quelques pistes semblent prometteuses.

. Les TUICs et le brouillon : construire une séance avec une production d’élèves intégrant les TUICs posent la question du brouillon. Par exemple, la réalisation d’un diaporama sur ordinateur passe par sa réalisation sur papier, par écrit, au brouillon. Un enregistrement pour un oral non spontané (de type oral du bac en français) passe également par la rédaction d’un brouillon papier. C’est, semble-t-il, le déroulement classique : le brouillon à la main, la production finale à l’ordinateur. L’honnêteté consiste d’ailleurs à reconnaître que les élèves zappent parfois cette étape préliminaire du brouillon papier et se lance immédiatement dans les logiciels avec les résultats décevants que l’on connaît sur le contenu des travaux réalisés. Le brouillon papier est donc une étape formatrice.

Cependant, il semblerait également TRES intéressant  de ne pas considérer que l’ordinateur – parce que les logiciels permettent une présentation plus soignée, plus esthétique et finalement plus habituelle – doive forcément être le support de la production finale. Le travail au brouillon peut également devenir le moment des TUICs par ce qu’il offre comme possibilité de réorganisation, de réécriture, de conservation des modifications, de collaboration. La production finale à la main étant la dernière étape. Autrement dit, l’intégration des TUICS dans une séquence passe par une question simple : interviennent-ils au stade du brouillon, au stade final, dans les deux? Le simple fait de se poser la question devrait permettre d’engendrer de nouvelles pratiques.

. Les TUICs et la maîtrise de l’orthographe : les traitements de texte offrent des correcteurs d’orthographe. Apprendre à passer d’un correcteur en langue française à un correcteur en langue espagnole ou anglaise est une compétence qui doit être travaillée. De même, apprendre à utiliser les aides orthographiques proposées, à réagir au soulignement d’un mot, à faire des choix dans des menus correctifs proposés, toutes ces compétences importantes ne s’acquièrent pas par la pensée magique. Les textes rendus par les élèves sous forme numérique ne comportent pas moins de fautes d’orthographe ou de syntaxe que les textes rédigés à la main par les élèves. C’est parfois même le contraire. Les outils dont disposent le traitement de texte sont cependant des aides formidables à la maîtrise de la langue… à condition que des temps de formation des élèves soient pris en charge. Une piste pour l’accompagnement personnalisé?

. Les TUICs et la réécriture : tous les enseignants ont été confrontés à la difficulté de faire refaire un travail aux élèves. Réécrire reste un activité pénible pour beaucoup d’élèves, pénibilité qui devient moins forte lorsqu’il s’agit d’améliorer un texte tapé dans un traitement de texte. Les fonctions de « suivi de modifications » offert par les traitements de texte offrent des pistes très intéressantes d’amélioration des textes écrits en conservant une trace des erreurs tout en permettant d’un simple clic d’aboutir à un texte propre une fois les modifications apportées.

. Les TUICs et les documents collaboratifs : faire écrire à des élèves un texte commun, une présentation commune ou compléter un tableau à plusieurs chacun de chez soi est possible grâce à des outils de partage de documents comme google doc devenu tout récemment google drive. Là aussi le potentiel pédagogique de cet outil semble énorme puisque non seulement on décide des personnes qui sont autorisées à participer à ce travail collaboratif, mais aussi on conserve une trace de l’historique et de toutes les modification apportées (et identifiées par le nom de leur auteur).

. Les TUICs et les réseaux sociaux : l’essentiel de la production écrite des élèves sur internet passe par les réseaux sociaux, de type facebook. Comment intégrer les réseaux sociaux dans une pratique pédagogique? Les questions sont très nombreuses. Une piste peut-être avec l’expérience twitter menée par une collègue.

Le schéma heuristique ci-dessous reprend les différents moments de nos échanges.

Ateliers TUICs : oral et TUICs

Premières vagues d’ateliers qui proposent de croiser bilan d’un an d’activités numériques et compte-rendu du stage COTICE de Quito. 4 collègues (Français, FLE, Anglais et Histoire-Géo) échangent autour de leurs interrogations sur l’intégration des TUICs dans leur pédagogie. Comme souvent lors de tels ateliers, les interrogations fusent, et des sujets non prévus sont abordés, notamment la question de la veille, de la recherche, de la qualité des outils techniques, etc… Les échanges se sont articulés autour du schéma heuristique suivant. Dans les semaines qui viennent, des tutoriels sur freemind, netvibes, l’évaluation de l’oral, des pistes de progression seront à construire. On avance! Le schéma heuristique suivant est la trace écrite de cet atelier, avec des liens vers les sites ressources.

Les attentes portent sur les moyens de modifier les pratiques, notamment en langue française. Comment travailler l’oral de manière individuelle grâce aux TUICs. C’est entendu, la diversité des dispositifs joue un rôle : on ne peut pas faire la même chose dans une seconde numérique et dans une classe où l’on a seulement accès à l’ordinateur une heure ou deux par mois.  Cependant, on peut réfléchir à intégrer deux dimensions pour la mise en place de pratiques innovantes. D’un côté, la diffusion de supports sonores (podcasting) aux élèves, extraits d’émissions sonores, passage de cours, productions d’élèves déjà réalisées; par ailleurs, la production par les élèves de supports sonores. Les dossiers du café pédagogique sur l’oral, d‘éduscol, de l’Académie de Besançon sur la baladodiffusion offrent les pistes de base pour ce travail. La liste des logiciels mobilisés est limitée : audacity pour l’enregistrement, vlc pour la lecture, real player converter pour les conversions de format ou convert on line, keepvid pour aspirer les sites, freemind pour construire des cartes heuristiques dans le cadre de cours dialoguer. Côté tutoriel, on peut s’appuyer sur ceux déjà réalisés de audacity et moodle (pour la récupération des fichiers produits par les élèves); reste à travailler ceux de freemind par exemple. Deux interrogations demeurent. Tout d’abord, la nécessité d’intégrer dans l’évaluation de l’oral la qualité technique du support, ce qui rend indispensable, au moins en classe numérique, d’exiger l’achat d’un micro-casque, même simple, en préférant la terminaison doré à celle argenté moins bonne conductrice de son. Deuxièment, la nécessité de construire une progression dans les exercices oraux proposés, progression à construire au moins par équipe, si ce n’est par niveau.

Evitez la pagaille lors de la collecte de devoirs numériques !

Quelle belle idée vous avez eu de demander à vos élèves de vous envoyer un devoir maison sous forme numérique ! Cela va vous permettre de préparer un tutoriel sur « Comment corriger des copies sous forme numérique », tout en vous mettant dans la peau des correcteurs du bac sur qui cette expérimentation finira par tomber, surtout dans le réseau AEFE où la dématérialisation des copies avance à grand pas, notamment en Asie.

Les copies ont été déposées sur moodle ou envoyées par email selon la procédure choisie. Les problèmes comment alors : pour corriger les copies, l’enseignant a besoin de les télécharger dans son disque dur… et là damned ! Tous les devoirs s’écrasent les uns sur les autres… car ils ont tous le même nom ! du genre : DM3 ! Votre ordinateur va peut-être spontanément générer des DM3_1, DM3_2, etc… Il ne vous reste plus alors qu’à ouvrir chaque copie en espérant que les élèves aient mis leur nom à l’intérieur… ce qui n’est pas sûr… car pour eux, l’email servait d’identifiant.

Mais la solution existe ! Exigez que les élèves nomment leur devoir sous la forme suivante : NOM_Initiale prénom_Titre du devoir en évitant les accents et autres signes parfois mal acceptés dans les noms de document. Ce qui pour votre serviteur donne ESTRADE_S_DM3.

Les avantages : modalité facile à retenir; les devoirs téléchargés sont tous identifiables sans les ouvrir; ils sont classés alphabétiquement dans le dossier DM3 ouvert par le professeur dans son disque dur. Et franchement, l’enseignant a autre chose à faire que de renommer chaque devoir envoyé.

Stage : A l’heure de l’école du socle construire un enseignement spiralaire en Histoire-Géographie

Une petite parenthèse a priori sans lien avec ce site si ce n’est qu’un de ses deux animateurs y participent. Votre serviteur est en effet en stage de 3 jours sur le thème de l’enseignement de l’histoire-géographie de l’école au lycée dans une perspective spiralaire. Là où les TUICs rentrent en jeu, c’est lorsque vous saurez que ce stage a lieu loin de Mexico, à Rio, et que classesnumeriques.net va servir de trait d’union entre les 3 collègues présents au stage et le reste de l’équipe.

L’AEFE pour laquelle nous travaillons organise un important plan régional de formation pour les collègues du réseau, par zone géographie. Ce stage accueille donc des collègues de Rio, Sao Paulo, Brasilia, Bogota, Cali, Quito, La Havane, San Salvador, Très Rios, Tegucigalpa, Managua, Assomption, Saint-Domingue, Caracas et Guadalajara. Ils ne se connaissant pas encore, mais vont travailler pendant trois jours sous la conduite de Michel Héron, qui est l’IA-IPR en Histoire-Géographie à l’Agence. Le programme du stage, ambitieux, est présenté ici.

Les productions des stagiaires de Mexico seront mis en ligne au fil de la semaine sur cette page.

Occasion de décloisement et de mise en commun de pratiques, surtout pour les collègues venant de petits établissements, les stages sont l’occasion de rencontres qui débouchent sur des fructueux échanges et des projets. Ils sont une source aussi de motivation pour les professeurs participants qui, de retour dans leur établissement, sont en charge de la diffusion des informations auprès des équipes pédagogiques. Alors oubliés le décalage horaire et les températures tropicales et à mon clavier à partir de demain.

Mots dans les nuages

Proposer une page de garde originale dans une présentation qui reprend les mots les plus utilisés ? Fabriquer à partir de mots clefs un nuage de mots ? C’est ce que réalise en quelques secondes le site wordle.net. très simple d’utilisation. Des modèles de nuages de mots vous sont proposés et vous pouvez les modifier à l’envie en faisant varier orientation des mots, couleurs, police et forme du nuage. Pour obtenir le mot, sélectionner dans le menu « Create ».

Il suffit alors par exemple de rentrer l’adresse du blog ou site internet à partir duquel on souhaite effectuer le nuage de mot. On peut également entrer une liste de mots clefs. Si vous souhaitez faire appraître des expressions composées de plusieurs mots, il faudra écrire l’expression en remplaçant les espaces entre les mots par des tirets ou des points. L’excellent blog « L’atelier de l’Astrolable » propose un tutoriel efficace pour plus d’informations.

Je ne résiste pas à vous présenter des nuages obtenus en quelques secondes en entrant l’adresse internet su site du journal Le Monde en date du 4 mars.

Et pour le plaisir des formes, quelques propositions pour classes numériques.net

A vous de jouer !

Le mot de la semaine : Baidu

Peu connu en Europe ou en Amérique, Baidu est pourtant le moteur de recherche dominant en Chine, où près des 3/4 des entrées transitent par lui, le reste du marché revenant à l’incontournable google. Les règles de référencement restent quelque peu obscures. La priorité est donnée aux sites en mandarin ou se terminant par .cn. Vérification faite en tapant « classes numériques »… pas de trace de notre blog préféré!

En comparant avec yahoo ou google, on n’obtient évidemment pas les mêmes résultats! Autant vous dire que Vincent n’est pas prêt à laisser tomber le Japonais pour se mettre au Mandarin.

Plus sérieusement, on évoque du côté de Baidu un développement d’un media social de type facebook inaccessible jusqu’à présent pour les presque 500 millions, oui 500 millions d’internautes chinois. Même si on l’imagine bien de nombreux utilisateurs ont su contourner la censure.

Baidu a également développé son propre navigateur Internet qui est à la peine face à Internet Explorer qui représenté plus de 85% des parts de marché, devant Google chrome. Quelques articles en complément sur Baidu : les critères de référencement, les liens avec Facebook, le nouveau navigateur concurrent d’inter explorer en Chine.

« Reporters en ligne » pour la fête des Arts

Chandeleur oblige, c’est autour de quelques crêpes que le projet « Reporters en ligne » est finalisé. A l’occasion de la Semaine des Arts, de la Culture, de la Presse, et de la Francophonie, nous faisons d’une pierre quatre coups! L’idée est simple, faire des nos élèves de seconde les reporters en direct de cette semaine riche en événements. En mobilisant leurs compétences écrites et orales et en utilisant leur ordinateur portable, ils vont réaliser en direct des reportages sur les événements festifs et culturels organisés dans l’établissement! L’idée est ensuite de mettre ces productions  à disposition de la communauté scolaire au fur et à mesure de la journée. Les formes des productions sont imposées par les enseignants, l’utilisation de la vidéo étant réservée à la journée festive du samedi! Tous les détails sont présentés ici.

Les productions seront visibles dès le 20 mars au soir.

Classes numériques en 3 minutes chrono!

Rien de tel qu’un galop d’essai par le professeur en vacances avant de se lancer en « live » dans une activité de production TUIC avec ses élèves. En attendant donc Atlanta et ses reportages « made by 2nde 9″, un petit film sans prétention pour expliquer en 3 minutes en quoi consiste le projet classes numériques au Lycée franco-mexicain. Tout n’est pas encore parfait, notamment la bande son, mais je crois ce travail présentable en ligne.

You need to install or upgrade Flash Player to view this content, install or upgrade by clicking here.